Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Liberté - Page 3

  • Souveraineté, protectionnisme, pouvoir d'achat : on n'échappera pas à ces thèmes!

     
    Sur le vif - Vendredi 05.07.24 - 14.49h
     
     
    Souveraineté politique. Souveraineté industrielle. Souveraineté agricole. Protectionnisme économique. Régulation de l'immigration. Pouvoir d'achat. Tout, en France, se joue autour de ces idées-là, qui sont puissamment montantes. Comme partout en Europe.
     
    Des idées, bon sang ! Pas le Carnaval des Animaux politiques dont nous gratifient les médias français. On en a MARRE de voir défiler ces visages, ces égos, ces beaux parleurs, tous partis confondus, je dis bien TOUS.
     
    Quel que soit le résultat dimanche soir, la France devra travailler sur les bases de ces idées-là. Soit avec le RN à Matignon. Soit sans lui, parce que Macron aurait réussi à survive encore un peu en bricolant une coalition. Peu importe, au fond !
     
    Tiens, je gage que, si Macron survit, il n'aura de cesse de s'inspirer des thèmes brassés par le RN. En les adoucissant certes, pour la forme. Oui, il s'occupera de souveraineté. Oui, il s'occupera de protectionnisme. Oui, il s'occupera de pouvoir d'achat. Cet homme-là, intelligent, est un piqueur d'idées. En politique, ça n'a rien de péjoratif, si c'est sentir les besoins profonds d'un peuple.
     
    Souveraineté. Protectionnisme. Retour à la nation comme espace de référence, ce qu'elle est depuis 1792, et n'aurait jamais dû cesser d'être. Donner enfin la voix au peuple directement sur les thèmes, et pas juste pour choisir des "représentants". Si Bardella est empêché de le faire, Macron ou un autre le fera. Tout simplement, parce qu'une masse montante du peuple français, à droite comme à gauche, le veut.
     
     
    Pascal Décaillet

  • Contre la puissance d'une idée qui monte, on ne peut rien

     
    Sur le vif - Mercredi 03.07.24 - 10.46h
     
     
    "Cinq années de répit pour l'Ancien Monde". En ces termes, ici même, le dimanche de l'élection d'Emmanuel Macron, en mai 2017, à 20.02h, je commentais l'événement. Il fut réélu en 2022, ce furent donc finalement sept années de répit. Mais là, c'est fini.
     
    Faire barrage : l'obsession des Français, en ce début juillet 2024. Elle ravive au mieux le système des forteresses de Vauban, au pire la Ligne Maginot, dont on a pu mesurer l'inutilité en mai-juin 40. Contre une stratégie de mouvement, audacieuse et imaginative, les fortins ne servent à rien.
     
    Faire barrage : tout le macronisme se résume à ces deux mots. Emmanuel Macron est un homme intelligent, truffé de qualités. Mais toute sa stratégie, depuis 2017, est d'ordre défensif. Les idées qui montent, celles du RN sur la souveraineté et le contrôle de l'immigration, celles de la gauche sur la cohésion sociale, il cherche à tout prix à les contenir.
     
    Un homme intelligent, mais maladivement imbu de son pouvoir. Crispé, autoritaire à souhait, dès que vient poindre la moindre contestation de sa majesté : on l'a vu face aux Gilets jaunes, auxquels il s'est montré sourd. On l'a vu dans la crise Covid. On le voit, depuis sept ans, dans sa politique européenne, son obédience atlantiste, son mépris du monde agricole, et avant tout sa délirante politique migratoire.
     
    Faire barrage. Contre qui ? Contre le Pacifique ? Contre la volonté souveraine du peuple français ? Ce dernier, de plus en plus clairement, réclame le retour à la souveraineté nationale, industrielle et agricole, ainsi qu'un contrôle draconien des flux migratoires. A quoi s'ajoute un irrépressible besoin de sécurité intérieure. Il réclame aussi la cohésion sociale, la protection des plus faibles, le pouvoir d'achat pour les classes moyennes qui travaillent.
     
    Le peuple français réclame cela, et rien d'autre. Vous pouvez lui brandir tous les barrages que vous voulez, toutes les évocations du fascisme, des années trente, tous les fantômes de Vichy, vous n'y pourrez rien, Macron n'y pourra rien. Que la majorité du 7 juillet soit relative ou absolue, le problème n'est même pas là. Contre la puissance d'une idée qui monte, on ne peut rien. Tout au plus, temporiser, nommer un "gouvernement technique", une sorte de Kerenski provisoire.
     
    Tout cela, ce sont des expédients, pour permettre à l'actuelle classe politique de rester encore un peu au pouvoir. Face à l'Histoire, tout cela sera balayé. Contre la puissance d'une idée qui monte, on ne peut rien.
     
     
    Pascal Décaillet

  • France : un combat d'idées, pas un choc de personnes

     
     
    Sur le vif - Mardi 02.07.24 - 10.15h
     
     
     
    La nation. La souveraineté politique. La souveraineté agricole et industrielle. La sécurité des personnes et des biens. Une régulation draconienne de l'immigration. C'est cela, ces jours en France, qui est au centre de tout. Des idées pour le pays, et non des hommes ni des femmes, ni telle ou telle star politique, tel cacique des états-majors.
     
    Depuis des années, en Suisse, au niveau qui est le mien, j'appelle à la primauté des thèmes et des idées, plutôt que celle des personnes. C'est ce besoin-là qui monte, partout en Europe : celui d'un peuple responsable de son destin, prenant lui-même les décisions majeures, ne le déléguant pas à des "représentants". Démocratie directe, nous sommes un peuple mûr et adulte, qui décide sur le fond, non sur la forme. Le combat d'idées, chez nous, précède le carnaval des prétendants.
     
    En France aussi, une part montante du peuple éprouve ce besoin, on l'a vu avec les Gilets jaunes. Autocrate à l'extrême, Macron n'a rien voulu savoir, il a voulu régner dans son palais, il en paye aujourd'hui le prix. Il sera renversé non sur un combat de personnes, mais par la puissance d'idées qu'il n'a voulu ni voir, ni entendre.
     
    La nation. La souveraineté. Le contrôle des flux migratoires. C'est cela que les Français veulent aujourd'hui. Ainsi que la sécurité intérieure. Ce sont des thèmes, pas des visages de candidats. Pas de ces ineffables "consignes de partis", dans la précipitation d'un entre-deux-tours. Ceux qui, dans ces domaines thématiques, proposent des solutions, seront choisis par une majorité. Ceux qui, superbement, les ignorent, seront écartés.
     
    Dans cette chronique, je n'ai cité aucun nom propre. J'ai parlé des lames de fond de la société que sont les thèmes et les idées. J'ai agi non en chroniqueur surexcité d'une chaîne privée parisienne, mais en citoyen suisse, n'ayant manqué aucun vote depuis septembre 1978, passionné par son propre pays. Passionné par la France. Passionné par l'Allemagne. Et voulant férocement ramener la politique à ce qu'elle a de plus noble : un combat d'idées, pas un choc de personnes.
     
     
    Pascal Décaillet