Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commentaires GHI

  • Le fantôme de Bruxelles

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 28.02.24

     

    Pas un seul jour sans que les médias ne nous parlent des faits et gestes de M. Josep Borrell, qui porte le titre fabuleusement ronflant de « Haut Représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité ». M. Borrell, qui fit une carrière politique en Espagne, est sans doute quelqu’un de très bien. Mais, désolé de le dire aussi sèchement, ses fonctions actuelles sont une pure et simple fiction.

     

    Il ne saurait exister de ministre européen des Affaires étrangères. Et cela, pour une simple raison : l’Union européenne, politiquement, n’existe pas. Et, s’il est un domaine où son existence dépasse le néant, c’est bien celui de la politique étrangère, domaine régalien des nations, tout comme d’ailleurs la Défense. Il existe une politique étrangère française. Il existe (ou devrait exister, si l’actuel Chancelier n’était pas si faible) une politique étrangère allemande. Etc.

     

    Politiquement, l’Europe n’existe pas. Seules existent les nations. Dès que le vent se lève, la chose est flagrante : il a suffi d’un virus, pendant la crise Covid, pour que chaque nation défende avec rage ses intérêts propres. C’était prodigieusement révélateur : on a vu où allaient les cœurs, les intérêts supérieurs, les appartenances profondes des peuples. L’Europe est un merveilleux continent : aimons-le, aimons ses langues, ses peuples. Mais M. Borrell est un fantôme.

     

    Pascal Décaillet

  • Oui, l'école primaire m'a rendu heureux !

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 28.02.24

     

    J’ai eu la chance immense, là où j’étais, d’avoir un enseignement exceptionnel à l’école primaire. A l’âge de sept ans, en 1965, j’ai sauté la deuxième, et me suis retrouvé directement en troisième primaire. Là où j’étais, on l’appelait la dixième. J’ai adoré l’école. Au point que, dès l’enfance, j’ambitionnais d’y passer toute ma vie : d’abord, comme élève, puis, dans une sorte de continuité naturelle, comme prof. J’aimais l’école, j’aimais ma famille. Et je vouais un culte à l’extraordinaire mappemonde lumineuse, avec tous les pays du monde, toutes les capitales, reçue le jour de mes sept ans. Je me figurais la vie comme une immense bibliothèque. Et d’ailleurs, ces pays, sur le globe enluminé reçu pour mon anniversaire, je les imaginais parfaits. L’idée même qu’il pût s’y dérouler des guerres, des horreurs, m’était totalement étrangère. La Chine était rose, le Brésil était jaune, la France était bleue et grise, l’immense Russie était verte, jusqu’à la mer du Japon. Heureuse enfance, où chaque nation se signale par une couleur, et où la simple caresse de cette mappemonde, si maternante, donnait aux bouts des doigts des frissons de chaleur, ceux générés par l’ampoule de l’intérieur.

     

    Ces années du primaire, entre 1965 et 1969, ont vu passer Mai 68, à quelques semaines de mes dix ans. J’écoutais beaucoup la radio, je comprenais que mes aînés, les étudiants de vingt ans, n’étaient pas contents. Je peinais à les comprendre, parce que moi, l’école me rendait heureux. Et puis, il était totalement exclu, pour moi, de contester le Général de Gaulle, que ma mère adorait, donc moi aussi. Le miracle de ces années, c’était d’abord celui de la poésie. Chaque semaine, un poème nous était dicté (pas question de photocopies, à l’époque !). Et nous avions quatre jours, sur notre propre écriture, pour l’apprendre par cœur. Il s’agissait de le réciter « à haute et intelligible voix » (cette expression me terrorisait, tout en m’excitant follement), debout près de l’institutrice, devant toute la classe. Il fallait respecter la prosodie, respirer juste, tenir compte de chaque virgule, donner au « e » muet son statut pour que le nombre de vers y soit. C’était, au fond, très proche de la musique. Dans cet exercice de haute voltige, le « Héron » de La Fontaine est un pur chef d’œuvre, autour du souffle, de la syllabe tue, et celle que l’on dit.

     

    Et puis, il y avait l’Histoire, en l’occurrence celle de France. Un manuel, magique, un grimoire. Les rois, les reines, les batailles, les traités, le régicides écartelés, comme Ravaillac. C’était du Michelet, pour enfants. C’était narratif à souhait, rebondissant d’événements, tout ce que l’École des Annales, au début du vingtième siècle, avait condamné. Mais moi, j’adorais. Cette école, surgie des hussards de Péguy, était-elle meilleure que celle d’aujourd’hui ? Chacun jugera. Mais une chose est sûre : je l’ai aimée, passionnément. Et le vent, du poète belge Emile Verhaeren, « le vent sauvage de novembre », siffle encore, plus que jamais, dans mes oreilles.

     

    Pascal Décaillet

  • Confiance en l'école

     

    Commentaire publié dans GHI - Mercredi 21.02.24

     

    Jeudi 15 février, Anne Hiltpold, ministre genevoise de l’Instruction publique, présentait sa feuille de route pour l’avenir de l’école, à Genève, d’ici 2028. En clair, son calendrier de législature. Horaire continu au primaire, meilleure orientation au Cycle, lisibilité dans les filières du secondaire supérieur, début de l’apprentissage plus tôt dans la vie, et pourquoi pas à 15 ans, comme à l’époque, aussitôt après le C.O. Enfin, apaisement du climat scolaire, retour à l’autorité des profs.

     

    Chacun peut contester l’une ou plusieurs de ces mesures. Mais il y a là un programme, une vision, une volonté d’action clairement annoncée. Le reflet, aussi, de la personnalité très pragmatique de la magistrate. Pas de grands mots, pas de mantras, style « inclusif », non des mesures scolaires et sociales pour notre époque, avec l’évolution des modes de vie. Qui, dans la vie active, aujourd’hui, rentre encore chez soi pour manger à midi ? Assurément, une minorité.

     

    Je l’ai dit, je le répète, cette magistrate discrète et rigoureuse, avec un sens pratique très développé, peu encline aux querelles byzantines, doit être soutenue. Non en acceptant toutes ses mesures, tout cela se discute en démocratie. Mais soutenue, sur l’essentiel. Elle doit sentir, sur les questions scolaires, que la population est avec elle. Cela porte un très beau nom : cela s’appelle la confiance.

     

    Pascal Décaillet