Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

France : un combat d'idées, pas un choc de personnes

 
 
Sur le vif - Mardi 02.07.24 - 10.15h
 
 
 
La nation. La souveraineté politique. La souveraineté agricole et industrielle. La sécurité des personnes et des biens. Une régulation draconienne de l'immigration. C'est cela, ces jours en France, qui est au centre de tout. Des idées pour le pays, et non des hommes ni des femmes, ni telle ou telle star politique, tel cacique des états-majors.
 
Depuis des années, en Suisse, au niveau qui est le mien, j'appelle à la primauté des thèmes et des idées, plutôt que celle des personnes. C'est ce besoin-là qui monte, partout en Europe : celui d'un peuple responsable de son destin, prenant lui-même les décisions majeures, ne le déléguant pas à des "représentants". Démocratie directe, nous sommes un peuple mûr et adulte, qui décide sur le fond, non sur la forme. Le combat d'idées, chez nous, précède le carnaval des prétendants.
 
En France aussi, une part montante du peuple éprouve ce besoin, on l'a vu avec les Gilets jaunes. Autocrate à l'extrême, Macron n'a rien voulu savoir, il a voulu régner dans son palais, il en paye aujourd'hui le prix. Il sera renversé non sur un combat de personnes, mais par la puissance d'idées qu'il n'a voulu ni voir, ni entendre.
 
La nation. La souveraineté. Le contrôle des flux migratoires. C'est cela que les Français veulent aujourd'hui. Ainsi que la sécurité intérieure. Ce sont des thèmes, pas des visages de candidats. Pas de ces ineffables "consignes de partis", dans la précipitation d'un entre-deux-tours. Ceux qui, dans ces domaines thématiques, proposent des solutions, seront choisis par une majorité. Ceux qui, superbement, les ignorent, seront écartés.
 
Dans cette chronique, je n'ai cité aucun nom propre. J'ai parlé des lames de fond de la société que sont les thèmes et les idées. J'ai agi non en chroniqueur surexcité d'une chaîne privée parisienne, mais en citoyen suisse, n'ayant manqué aucun vote depuis septembre 1978, passionné par son propre pays. Passionné par la France. Passionné par l'Allemagne. Et voulant férocement ramener la politique à ce qu'elle a de plus noble : un combat d'idées, pas un choc de personnes.
 
 
Pascal Décaillet

Commentaires

  • Oui, Monsieur Décaillet, ça c'était la Suisse, notre Suisse traditionnelle. Echappera-t-elle à la contamination wokiste ? Peut-être. Mais pour cela il ne faut pas croire à un rétro-pédalage illusoire. Il faut un renouveau. Si nous, les anciens, sommes capables de transmettre notre héritage historique à nos jeunes qui sont à la recherche de vraies valeurs, alors ils seront, eux, les artisans de ce renouveau.

  • Le spectacle proposé par Monsieur Macron et ses ministres est consternant et indigne du Gouvernement français. Un premier Ministre, Monsieur Attal qui retire sa mesure sur l'assurance chômage entre les deux tours des législatives, le Président Macron qui implore les français, il y a de cela quelques jours de ne voter ni pour le Rassemblement National ni pour le nouveau front populaire dont les membres ont foutu le bazar dans l'hémicycle pendant des mois et qui change d'avis une semaine plus tard en encourageant le bon peuple à voter pour ces derniers. Ouf que je ne suis pas française car j'aurais vraiment l'impression d'être prise pour une idiote !

  • Dans un sens vous mettez un très beau gaillard, qui s'appelle Bardella. Vous lui faites faire des vidéos TikTok à 6 millions de vue pour des vidéos parfois de 15 minutes, soit bien plus de temps que sur TF1 (audience max. du JT du soir ne dépasse pas 6 millions et pas 15 minutes sur Bardella), puis vous gagnez forcément quelques millions de votes ou en tout cas des centaines de milliers pour la gent féminine. Merci la Chine ici est l'algorithme monstrueux de TikTok avec de l'AI de fou.
    Après je ne critique pas, je dis juste qu'ici le RN a bien joué (j'ai lu hier un long article sur lui du prestigieux journal conservateur new-yorkais The Wall Street Journal). Ils utilisent bien sûr les meilleurs spécialistes au monde du marketing, certaines théories de notre ami jungien Jordan Peterson (un autre Jordan célèbre) - ici c'est mon idée comme "disciple" de Peterson (combien de centaines d'heures je l'ai écouté en anglais), et voilà, vous devenez à la fin premier parti de France. Mais on est d'accord, le fond est aussi important et je partage certaines idées, ici je parle de la forme comme je m'y connais un peu en marketing... Si vous voulez voir mon site, c'est ici : www.romanvie.ch

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel